Comment utiliser les K-Tape, ces bandes collantes et colorées ?

Vous avez probablement déjà vu des jambes parsemées de bandes colorées, et vous êtes sûrement dit : « c’est quoi ça ? c’est du strapp ?» . Non, le K-Tape n’est pas du strapp. Alejandro du KOSS Paris 8 vous dit tout.


« Elles sont miraculeuses » ou « elles ne servent à rien ». Voilà ce qui est généralement entendu au sujet des bandes de kinésiologie, appelées K-Tape ou taping dans le langage courant (et non pas KT-Tape, l’antonomase souvent utilisé). Pourtant, il y a des nuances. De grandes nuances même. Car les effets thérapeutiques de ces bandelettes collantes et colorées sont bien réels.


Pour toutes les blessures courantes que les runners peuvent rencontrer, qu’elles soient musculaires ou articulaires, elles peuvent avoir leur utilité. Essuie-glace, syndrome rotulien, contractures ou encore la bonne vieille entorse de la cheville. Alejandro Prieto Carrasco est kinésithérapeute au cabinet KOSS à Paris, et utilise très fréquemment le K-Tape pour ses patients : « Contrairement au strapping, qui va maintenir une articulation ou un groupe musculaire dans une position précise, le K-Tape va permettre de conserver une grande mobilité en évitant de faire de mauvais mouvements ».


Vous pourrez donc continuer à courir avec du K-Tape collé autour de votre genou ou sur vos mollets. C’est même conseillé. Et vous pouvez aussi appliquer ces bandes de kinésiologie lorsque tout va bien : « Le K-Tape va accélérer le processus de guérison ou éviter d’aggraver une blessure, mais est également très efficace pour prévenir les blessures. » C’est pour cela que vous voyez autant de coureurs avec ces bandes collées aux jambes. Ils ne sont pas tous blessés. Certains n’ont pas envie de l’être.


Ça fait quoi, le K-Tape ?


Le K-Tape va exercer trois grandes actions différentes :


Appliqué avec une tension modérée ou forte, il va soulever la peau pour stimuler et diminuer la pression sur les mécanorécepteurs, des récepteurs sensoriels qui envoient notamment les informations de douleur au cerveau. La sensation de douleur sera alors atténuée.


Le K-Tape va améliorer le drainage lymphatique. Ce processus physiologique ésotérique pour certains, lointains pour ceux qui se souviennent des cours de SVT de 3e ou encore inconnu pour d’autres est compliqué. Mais en gros, la lymphe est un liquide qui circule dans tout le corps au sein des vaisseaux lymphatiques. En stimulant son drainage, les cellules de votre corps, musculaires notamment, vont mieux éliminer les déchets et récupérer les protéines, essentielles dans la réparation musculaire, que le sang va laisser échapper. Ce n’est évidemment qu’une partie du rôle de la lymphe, mais c’est celui qui nous intéresse.



Le K-Tape va tonifier les muscles pour leur permettre d’être plus élastiques et résistants pendant l’effort.


Comment l’appliquer ?


L’idéal est de faire appel à un kiné pour appliquer le K-Tape. Il y a tellement de types d’application différents pour des bénéfices différents, certains plus techniques que d’autres, qu’il est judicieux de consulter un professionnel.


Concernant la tension, elle peut être légère, modérée ou élevée et ce n’est pas fait au hasard. Le placement des bandes de kinésiologie est également très important.

Cependant, de nombreuses vidéos tutorielles sont disponibles sur le net et il est possible de le faire soi-même, si vous aimez le découpage et le collage et n’avez pas peur de faire quelque chose qui ne sert à rien (voir plus bas). Vous pouvez également consulter un kiné et reproduire la même application chez vous.


Il est conseillé de s’épiler la zone où le K-Tape sera appliqué afin de conserver toutes les propriétés collantes des bandes.


Enfin, il est important de préciser que mal appliqué, le K-Tape n’aura pas d’effets néfastes sur un muscle ou une articulation. « Au mieux, le K-Tape sera un très bon complément thérapeutique, explique Alejandro Prieto Carrasco. Au pire, cela ne servira à rien. »


Combien de temps les bandes doivent-elles être conservées ?


« Lorsqu’il est bien appliqué, le K-Tape peut être collé pendant 10 jours, mais l’effet thérapeutique est maximal pendant 3 à 5 jours » estime Alejandro Prieto Carrasco. Les bandes de kinésiologie ne sont donc pas destinées à un usage unique, et peuvent résister à la douche.


Il est en revanche déconseillé d’appliquer du K-Tape moins de 2 h avant un effort, particulièrement une course.


Placebo ?


Les principaux détracteurs du K-Tape avancent l’argument placebo pour expliquer leur désaccord. Figurez-vous qu’ils n’ont pas complètement tort ! Même si les bénéfices thérapeutiques sont avérés, les bandes de kinésiologie peuvent être utilisées à des fins placebo : « J’ai déjà appliqué du K-Tape à un patient qui avait l’air d’être guéri mais qui ressentait encore des douleurs. Avec les bandes, il ne souffrait plus. Je lui ai ensuite dit que je lui avais appliqué le K-Tape en mode placebo, et que c’était très bon signe car cela voulait dire que sa rééducation se passait bien ! » Pourquoi pas ? Si l’effet placebo est généralement perçu comme du faux, cela peut être un véritable outil dans un processus de guérison, tant le cerveau joue un rôle essentiel dans le ressenti de la douleur.



Toutes les bandes se valent-elles ?


Vous pourrez trouver du K-Tape de plusieurs marques et comme tous les produits, tous ne se valent pas. Alejandro Prieto Carrasco conseille la marque Kinesio Tex, la meilleure selon lui mais la plus chère, ou encore la plus répandue, KT-Tape. Les autres marques sont également efficaces, mais « elles colleront moins longtemps ».


Ecrit par Guillaume Depasse avec Alejandro PRIETO CARRASCO (Kinésithérapeute à KOSS Paris 8)

Retrouvez l'article original sur le site de Running Heroes : ici